jeudi 15 septembre 2016

On a effacé le ciel




Le mieux est de ne se faire aucune illusion
sur l'histoire des sociétés.
Je pense qu'aucune n'a accueilli la lumière,
et pourtant notre époque est pire :
c'est la première fois qu'on a supprimé le ciel.
(...)
...aujourd'hui, on a effacé le ciel
aussi simplement et doucement
qu'avec une éponge sur un tableau noir,
et pour la première fois,
nous sommes laissés entre nous.
C'est pourquoi il n'y a plus que l'entre-dévorement. 

Pour connaître ce monde,
il suffit d'entendre parler les citoyens américains.
Il y a quelque chose qui leur est propre
et qui est répandu partout :
une sorte d'incroyable suffisance.
"Ce que je fais, c'est bien."
Ils sont comme des hommes sans failles,
des hommes sans regard. 

C'est le reflet du ciel dans la prunelle des yeux
qui donne les regards, 
comme un petit caillou
jeté dans l'eau tremblotante des yeux.
En effaçant le ciel, on efface les regards. 

On nous a enlevé petit à petit
et méthodiquement la lumière
qu'on avait dans les yeux en naissant.
.
"La lumière du monde"
.

2 commentaires:

  1. Non, non, non, je ne suis pas d'accord.
    Le ciel est bien là. Je le vois tous les jours dans les yeux de mes petits enfants et je fais tout ce que je peux pour leur conserver cet éclat.
    Je le vois aussi dans tous les commentaires sur les blogs tel que le tien.
    Et même si je ne le voyais nulle part, je saurais qu'il est toujours là...
    amitié
    Jacques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :-)

      Oui, Jacques, je suis d'accord, tout n'est pas perdu heureusement...et par nature, le ciel en nous est "ineffaçable", il a à voir avec le "noyau infracassable" dont parle Christiane Singer dans un autre article.
      Il est clair et joyeux dans le regard des enfants et il y a, partout, des tas de gens,comme toi, qui veillent à ne pas le voiler.
      Mais même sil est là, en permanence, il est rarement reconnu, rarement nommé...
      Notre culture ambiante, très matérielle, ne lui laisse pas beaucoup de place...

      Bonne journée à toi.

      Supprimer