mercredi 5 octobre 2016

Le monde moderne et l'esprit



Le monde moderne a  par rapport à l'esprit,
une vertu de clarté :
l'esprit et l'âme n'ont plus rien à faire ici-bas.
(...)
Il n' y a plus aucun espace laissé
à ce qu'on appelle l'esprit.
Celui-ci est donc voué à une résistance absolue,
il ne peut s'accommoder de rien
parce que c'est trop manifeste
qu'il n' y a plus que la matière.

C'est beaucoup plus net qu'avant.
Hier, le clocher des églises pointait le ciel
comme un doigt,
c'était un petit rappel constant de l'infini.

Aujourd'hui, l'esprit se réfugie où il peut,
dans un brin d'herbe ou dans cette tourterelle,
que j'ai vu l'autre jour aussi blanche
qu'une boule de neige...
.
(...)
.

photo personnelle


Dans un sens, je dirais que c'est la chance de l'esprit
que la société aille à sa perte
et ne se soucie plus du spirituel.
Le plus grand danger serait en effet
que la société lui fasse une place.
(...)
Les philosophies et les religions ne sont
qu'une manière interne pour le monde
de se réguler encore mieux.
Ceux qui écrivent là-dessus ne gênent personne :
ils ronronnent.
C'est un mélange d'humanisme et de gentil moralisme.
(...)
C'est parce qu'aujourd'hui tout est perdu
que la résurrection peut commencer enfin :
tout ce qui était sacré est atteint
comme le seraient des arbres
 après le travail d'un vent noir.

Le mot résurrection trouve un appui réel
dans cette perte enfin totalement réalisée :
de même que l'absence d'un mort
nous inonde de sa présence
et nous le rend encore plus cher,
on sait ce qu'est un arbre quand on le découvre
accablé et face contre terre.
.
Christian Bobin
"La lumière du monde"



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire